RUN SOFA - Say

Cette semaine, du 22 au 26 janvier 2018, les radios FERAROCK vous font découvrir l’album "Say" de Run SOFA sorti chez La Base le 26 janvier.


Run SOFA = un groupe de rock de Charleroi, autrement dit du rock de Manchester-sur-Sambre, un dérivé du morceau « run so far » de George Harrison, une grande -très grande famille, des shows qui sentent la transe et la communion, un jeu vidéo où il faut dézinguer des envahisseurs de la forêt (click here), un mode de vie, une thérapie, une longue histoire…

On dit rock ou hip hop ? Ou bien R&B (rock’n’beat). Non c’est vraiment nul comme jeu de mots.
La décision : n’a jamais été prise et Run SOFA n’a jamais voulu la prendre. Exploser les barrières établies sans aucune concession a amené cette bande de Carolos à s’inscrire dans la tradition rock tout en puisant dans les musiques urbaines actuelles. Les rythmes primaires côtoient les harmonies d’en haut. Le flow est vaporeux. On bouge la tête et on tend l’oreille en même temps (ceci impliquant quelques contorsions).Le groupe s’est ainsi fait le point de fusion de consonnances jazz, de dissonances psyché, de beats hip hop et d’une attitude résolument rock. Ce qui reviendrait à name dropper respectivement dans la même phrase : Connan Mockasin, Suuns, Mykki Blanco et Mac DeMarco. Alors faute de mieux, nous l’avons appelé « un groupe de rock » ou plutôt un groupe qui carbure sans se presser : Run SOFA.

Ouvrir les poupées russes
La grande : Antoine Romeo (chant) et Julien Tassin (guitare) sont deux cousins qui cousinent et de cette complicité de longue date nait un groupe : Zero Tolerance For Silence, vaste laboratoire d’expérimentations sonores dans lequel ils entreposent leurs bocaux, fruit de deux univers. Antoine traîne avec Exodarap et Jean Jass (avec qui il tournera en 2014) et Julien se forme au conservatoire de Jazz où il gagne un surnom : Hendrix.

La moyenne : Ce terreau fertile donne naissance à une graine qui laisse Jimi Hendrix loin derrière : Run SOFA. Le duo se double de Fabio Zamagni (batterie), François Hantson (basse) et d’un Wilson Rose (photographe, esthète, batteur de secours) et sort son premier EP ‘Shenanigans’ enregistré au fond des Ardennes avec Werner Pensaert et Koen Gisen au mix. [1983], Manchesster, les Happy Mondays terminent dernier d’un battle organisé à l’Hacienda et sont repérés la même soirée par Tony Wilson. [2016], Char- Sofa se fait recaler à domicile du concours Volta et ceci marque le début d’une longue série : une sélection au ProPulse, une autre au Printemps de Bourges, des passages au Boomtown, au Trix, au Botanique et une tournée en Angleterre.

La petite : 2017, Run SOFA retourne en studio à Gand et s’accompagne d’Elefant à la production : Wolfgang Vanwymeersch (The Van Jets) et de Stijn Vanmarsenille (Future Old People Are Wizzards). Durant plusieurs mois, ils quittent leurs sentiers et finissent par aboutir dans un no man’s land : ‘Say.’, un son hybride, étrange, nouveau, leur premier album.

Danser sur les cendres
Run SOFA, c’est aussi une formule alchimique : prendre la réalité, y ajouter des riffs de guitare tranchants,un groove engagé, un flow planant et la faire bouillir à température ambiante sur scène. Il y a quelques années, Antoine Romeo réalise une chose : la musique permet de faire passer des messages sans être moralisateur ou démoralisateur. C’est la volonté du groupe depuis, pouvoir aborder des thèmes comme l’identité, les privilèges, le suprémacisme blanc ou même la transphobie. Pouvoir danser en disant que tout est politique puisque tout est lié. Pouvoir crier que c’est un mensonge. Qu’on n’en fait pas partie. Toi non pus ? Bouge la tête.

Le nouvel album de Run SOFA est à découvrir et à gagner jusqu’au 26 janvier sur les radios FERAROCK !

+ d’infos

Haut de page