RENCONTRES TRANS MUSICALES 2013 - Les Interviews


Retrouvez ici toutes les interviews des artistes des Rencontres Trans Musicales 2013 réalisées à chaud par les Férarockeurs pendant le festival !

Disco Anti Napoleon

Ces quatre Nantais petits frères de Pégase désarticulent sur un Blue Lawn EP paru au printemps la disco filtrée façon French touch grâce à un son de basse et de claviers digne d’un groupe psychédélique américain, toutes époques confondues, pour mieux nous transporter dans le Liverpool des années 1980. Le refrain de Blue Caribbean House nous entraînait dès 2011 aux confins de la “new wave” et de la pop : notre Napoléon d’opérette a donc plus à voir avec une interprétation toute personnelle du Waterloo Sunset des Kinks qu’autre chose.
discoantinapoleon.bandcamp.com

Interview Disco Anti Napoleon

DJ Prosper

Au commencement était le rythme, ou plutôt le “break” anglo-saxon, indispensable à tout DJ qui se respecte. Depuis plus de 20 ans, le moustachu Prosper utilise ses platines comme une machine à explorer le temps et regonfler (à bloc) les sons qui l’ont toujours fait tripper, du funk au hip hop “old school”. Aperçu aux côtés entre autres artistes reconnus de Fatboy Slim, il a sorti quelques “bootlegs” en plus de productions électro pour les labels français Expressillon, Boxon ou Perce Oreille. Bref le Prosp’ connaît sa Family Affair.
myspace.com/djprosperfrenchbreaks

Interview DJ Prosper

DOIST !

Groupe techno-nietzschéen (“Ce qui ne tue pas rend plus fort”), dur vu de l’extérieur mais doux à l’intérieur, adepte de l’esprit Do It Yourself ! au point d’avoir inventé son nom en mode impératif, ces deux Rennais souhaitent marier électro et métal. De cette belle union à la barbare sont déjà nés au printemps les 4 titres d’un EP baptisé Black Church, accompagné de remixes signés Museum (guitariste de Black Strobe), Backroom Discipline (moitié de Rafale) et The Black Regent. Les maîtres hexagonaux The Hacker et Arnaud Rebotini doivent être rassurés : Gesaffelstein n’est plus seul à pouvoir assurer la relève. Tant qu’il y a du noir il y a de l’espoir.
soundcloud.com/doistband

Interview Doist !

EXPØ

En quatre lettres, dont un “ø” en forme de pas de cøté, pour autant de membres, dont un d’origine canadienne, nos jeunes Rennais dans le vent réinventent une pop basse-batterie-guitare-claviers tout sauf inoffensive. Dangerous, EP inaugural aux influences anglo-saxonnes crânement affichées (Grizzly Bear, Arcade Fire, Bowie…) ne sonne pourtant jamais scolaire. Everybody Knows qu’avec une distribution digne de son prochain premier album ce quatuor armé de refrains accrocheurs à la Phoenix, capable sur Modern Socks de faire Bloc (Party), va exp(l)oser.
weareexpo.tumblr.com

Interview expo

Marquees

Ce quatuor apparu en 2011 affiche haut et fort avec Meet Major Tom sur son premier EP, sorti en début d’année, son amour pour David Bowie. Mais à l’image du Thin White Duke, multiple autant qu’insaisissable, les jeunes Nantais ne sauraient se contenter d’apposer leur marque sur un seul genre de pop : Blown Away durcit le ton quand Disco Parade joue la carte de l’électrorock. Place forte du football et du rock, Nantes est de retour sur le devant de la scène hexagonale : avec Marquees en nouvelle marque jaune ?
www.marquees.fr

Interview Marquees

Okay Monday

Groupe pop du Nord… de la France, Okay Monday a d’abord perçu les échos de… l’île de l’autre côté de la Manche avant de rêver du soleil de la Californie, celui de la référence américaine Weezer. Son chanteur-guitariste à la voix haut perchée a beau avoir des faux airs de sosie des fines gâchettes de la six-cordes de Blur ou Bloc Party avec sa mèche et ses lunettes, le quatuor lillois évoque plutôt ses compatriotes contemporains Concrete Knives ou The Popopopops. Grâce à l’énergie de leurs 20 ans, ces jeunes gens transforment des musiques qui ont leur âge en musique de leur âge.
okaymonday.bandcamp.com

Interview Ok Monday

The Red Goes Black

Après The White Stripes qui ont (re)fait voir rouge au blues puis The Black Keys, voici donc The Red Goes Black pour prouver que la Bretagne est pleine de ressources au-delà des seules plus grandes villes de Rennes ou Brest. Le quatuor aux deux guitares – et aux amplis qui fument –, ambassadeur du pays de Cornouaille aux Vieilles Charrues cet été, a facilement cofinancé grâce à ses fans l’enregistrement d’un prochain premier album. Quand le rouge vire au noir il reste encore et toujours de l’espoir.
theredgoesblack.com

Interview The Red Goes Black

Samba de la Muerte

Derrière cet alias mi-lusophone mi-hispanique se cache le préposé aux claviers des Concrete Knives, découverte des Trans Musicales en 2010. Les échappées folk d’Adrien Leprêtre, au cœur partagé entre bossa nova et kora africaine, rêvent de grand large lorsque remixées par Superpoze, GaBlé ou Le Vasco. Sur les traces de Sufjan Stevens, Patrick Watson ou Bon Iver, notre jeune Normand s’amuse en concert au chant et à la guitare, accompagné d’une violoniste, d’un multi-instrumentiste et d’un percussionniste, à réinventer ses mystérieuses miniatures façon puzzle.
sambadelamuerte.bandcamp

Interview Samba de la Muerte

The Same Old Band

Toujours les mêmes bonnes vieilles recettes ? Même pas. Juste une formule éprouvée par les meilleurs, celle du trio rock : de ceux où chaque élément du triangle est décisif pour son alchimie. Le premier EP de ces jeunes pousses lorientaises étire ses rythmiques jusqu’à plus soif pour mieux annoncer force cascade de riffs et chant en anglais comme un mantra. Des codes obligés de Manchester à Brooklyn mais moins courants dans nos contrées au point de suggérer qu’“À l’ouest (de la Bretagne) il y a du nouveau.”
thesameoldband.bandcamp

Interview The Same Old Band

The Travellers

Bienvenue dans le monde merveilleux des “all-nighters”, des rassemblements de scooters vespa, des jolies “birds” et de leurs beaux “faces”. En 2007, la chanteuse Gemma et le guitariste Robert P ont formé The Travellers depuis la côte malouine pour escamoter la Manche. Adopté par ses pairs anglo-saxons puis du monde entier, membre reconnu de cette Internationale Mod, le tandem originel s’est adjoint les services de trois autres musiciens pour vivre au rythme des sorties de ses 45 tours vinyle et enrichir de compositions millésimées son répertoire sur scène. Le dernier en date a beau s’intituler Stay, comme le chantait le groupe américain The Sonics : Have Love Will Travel
facebook.com/thetravellersinwonderland

Interview The Travellers

































Haut de page