Quixotic Music No. 2

Cette semaine, du 15 au 19 décembre 2014, sur les radios FERAROCK, découvrez la compilation QUIXOTIC MUSIC NO.2 sortie le 1er décembre chez Quixote R.P.M. .

... parce qu’évoluer dans le monde de la musique de nos jours, c’est un peu comme se battre contre des moulins à vents !

Quixotemusic, des histoires de groupes découverts de ci, de là... des histoires de moulins à vent et d’idéalisme musical.
Les premiers chapitres de Quixotemusic ont été écrits avec le premier album de Spleen vs Ideal, mais aussi au gré des envies nées de rencontres avec d’une multitude de groupes au fil des années à la tête d’une radio FERAROCK de l’Oise, appelée Graf’Hit.

Quixotemusic, c’est aussi des histoires d’auto-financement, d’auto-distribution... parce que ça en vaut la peine et parce qu’on est jamais mieux servi que par soi-même (?). De la même manière et avec le même principe de base que l’initiative French-o-rama, l’idée est de montrer (si besoin est) que la scène française regorge de groupes qui sont depuis longtemps en mesure de rivaliser avec leurs références anglosaxones... et s’en donnent les moyens...
.. et sinon ?! rien que l’histoire d’un fan de musique, qui creuse l’underground français de ses petites mains,
... parce que la musique doit rester quelque part entre passion, utopie et idéalisme.

  • Spleen vs Ideal ‘souvenirs’ 2007
  • Françoise ‘dear’ 2010
  • Lucky Joy ‘ghiffa’ 2010
  • I=O ‘sec’ 2010
  • Quixotic music #1 2012
  • I=O ‘forteresse’ 2012
  • The Tape ‘do it again EP’ 2012
  • Alison Young ‘first you make a roux’ 2012
  • I=O ‘dieu/déesse’ 2012
  • The Tape ‘believe EP’ 2012
  • Connect the Machine to the Map (An Underground Vision of the Modern Hip Hop and Shoegaze Music) 2013 (/w Dora Dorovitch)
  • I=O ‘sabre’ 2013
  • Joseph Fisher ‘premières prises’ 2014
  • The Tape ‘40 weeks 40 tapes’ 2014
  • I=O ‘qui ?’ 2014
  • Quixotic music #2 2014

I=O

I=O pose et pousse pour son 4ème EP, "Qui ?", la question de l’identité, la sienne et celle de son auditeur.
Que vouloir ? Que faire ? Pour qui ? Pour quoi ?
Toujours sur la brèche mélodique et affutés en termes de textes scandés, I=O nous sert quatre titres
comme autant de flèches métaphoriques à la sémantique large, urbaine et spirituelle.

Deux ans après ‘Forteresse’, le rythme des compos et de leur diffusion reste nourri, cohérent et exigeant envers eux-mêmes.

"Sans" fait écho à un titre de "Sec" et réactualise une vision d’un jeu aux règles flottantes et aux clichés blafards. "10000" taille un costard à l’impasse du désir-consommation et propose une alternative. "Tous" s’attaque à l’ogre des références jetant sous nos pieds autant de punaises que de pavés dans la mare. Cet épisode discographique se referme sur "Malgré toi", une (crise/prise) de conscience, entre "Nada” (EP ‘Sabre’) et "Serguei" (LP ‘Sec’), qui nie le libre arbitre et pose la question du Qui ?

http://www.dailymotion.com/video/x283rld_1-0-tous-qui-ep-le-clip_music

Comme à chaque EP, la fin de l’épisode brise la glace et appelle la suite...
Rendez-vous est d’ores et déjà pris pour 2015...

is.gd/unegalzero_videos

Paale

Février 2012. Pascal Ferrari, exilé marseillais, et Pierre Fablet, familier de la scène souterraine rennaise, décident de croiser leurs manches (de guitares) et leurs univers teintés de rock, de bizarre et de psychédélisme.

Après neuf mois de gestation et de compositions, ils décident de muscler leur propos en recrutant un batteur.

Ils pensent tous les deux à Régis Boulard, croisement improbable entre Keith Moon et Sunny Murray, qui officie dans Trunks et Chien Vert... et qui répondra présent.

Quatre morceaux seront enregistrés et mixés par Ceddy Gonod au printemps 2013.

...en attendant la suite !

bandcamp

Joseph Fisher

Enfant des années 1970, Joseph Fisher s’étant vu un jour demander par sa grand-mère ce qu’il voulait faire plus tard, répondit "Je ne sais pas, mais j’écrirais" ignorant qu’il venait de décrire à grands traits sa vie future. On ne sait en effet pas très bien ce qu’a fait jusqu’ici Joseph Fisher, à part écrire, en français, des chansons, inspirées tant par l’écoute de Brel et Brassens que par celle plus légère d’Alain Chamfort, sur fond de culture musicale anglo-saxonne (des Smiths au Velvet et de James Taylor à My Bloody Valentine) et brésilienne aussi.
Il s’accompagne à la guitare pour les chanter seul, ou accompagné, qu’il chante en duo et parfois en trio. Il se murmure que Joseph ne serait que son 3e prénom, qu’il doit son patronyme à la météo marine et à une chanson de Pierre Barouh, qu’il aurait écrit un recueil de nouvelles parlant de ses mésaventures sexuelles, qu’il aurait travaillé dans un magasin de jeu, une enseigne de la grande distribution, un journal et une agence matrimoniale, qu’il aurait joué de la basse et de la guitare dans diverses formations parisiennes des années 1990 et que Bill Callahan aurait été présent à son mariage, qui se solda naturellement par un divorce, mais ça, c’est la vie.


Joseph Fisher - Gardez tout (EP Premières... par QuixoteRPM

Les Lignes Droites

Le point d’origine du projet est une interpolation du premier album solo de Bruno Ronzani, publié en 2012, et intitulé Les Lignes Droites.

Les rencontres nocturnes amèneront rapidement à convertir l’envie musicale et textuelle en organisme vivant bicéphale, avec la rencontre avec Mathieu Weiler.

Rapidement, un EP ‘plus électrique’ voit le jour avec une dynamique de groupe au fil des personnes et personnalités rencontrées, lues, fantasmées.

Les chansons se font plus longues, kaléidoscopiques, tissées et assemblées au gré des influences apportées par ce qui ressemble de plus en plus aujourd’hui à un groupe. Les idées et les textes ainsi que les images qui s’en dégagent dressent des tableaux aux climats cinématographiques, aux atmosphères intimistes
et aux couleurs changeantes autour de thèmes introspectifs et violemment ancrés dans la réalité, parfois au sein et au fil d’un même titre.

L’écriture directe et nocturne, appelle des images qui confrontent son auteur à sa part d’ombre, laissant à l’auditeur et au spectateur le choix d’y adhérer.

Les Tigres du Futur

L’histoire du rock est jalonnée d’artistes au parcours souterrain
qui, sans jamais exploser au grand jour, se contentent d’influencer discrètement mais durablement la musique.
Le natif de Pézenas, Jo-Bernard Castagneri -artiste, musicien, producteur...-, est un de ces hommes-là. Grand oublié des encyclopédies du rock français, sa main invisible œuvre encore aujourd’hui en secret.

Près de quatre décennies plus tard, avec la collaboration de son fils, Pierre-Armando, Jo-Bernard Castagneri est sur le point de donner un nouveau souffle à son projet le plus notable. Ce projet,
qui va devenir Les Tigres du Futur, a commencé en 1978 lorsque Catagneri a réuni quelques-uns des musiciens de studio les plus prolifiques de la région : Stefano Mamazzoni (guitare lead), Pietro Blotimani (guitare rythmique), Arnaldo Rizzo (basse), Nicola Erico Mornione (batterie) et Niccolo-Giuseppe di Serbinolaï (claviers).

Certains de ces musiciens étaient connus pour leurs travaux sur les bandes originales de films de grands réalisateurs tels Lamberto Bava et Jean Rollin ainsi que de réalisateurs de séries-C italiens et mexicains.
Résultat, Les Tigres du Futur sont à l’easy listening ce que Motorhead est au chant grégorien.
Les influences de séries B et des compositeurs comme les Goblins sont présentes en filigrane. Chacun des morceaux est une Cène cinématographique aux rythmes endiablés, comme si
Man Or Astroman rencontraient un James Taylor Quartet, piqué aux anabolisants lors d’une projection de Dario Argento.

+ d’infos : sur Facebook

La compilation QUIXOTIC MUSIC NO.2 est à découvrir et à gagner jusqu’au 19 décembre sur les radios FERAROCK !

A cette occasion, découvrez vendredi 19 décembre 2014 sur toutes les radios FERAROCK l’émission spéciale présentant les artistes de la compilation dans une émission d’une heure.

Emission spéciale Quixotic Music Vol. II
Haut de page