PSYKICK LYRIKAH - Jamais Trop Tard

Plus qu’un groupe, Psykick Lyrikah
est une sorte de projet à géométrie variable emmené par le rappeur et désormais compositeur Arm. Celui-ci propose sa propre vision du rap où le lyrisme des textes est mis en valeur par la sobriété du flow et où les productions, aussi puissantes qu’aériennes, balaient un large spectre musical bien au-delà de l’obscurité apparente en surface...

Je fais un pari. Dans deux ou trois décennies, quand des gamins curieux creuseront les archives du hip hop pour remonter la source des musiques mutantes qu’ils écouteront alors, beaucoup se demanderont comment leurs aînés ont pu passer à ce point à côté des vrais défricheurs pour leur préférer la plupart du temps des clichés ambulants.

La France, qui s’enorgueillit tant d’être la seconde nation du rap, n’est pas plus perspicace que les autres.

C’est à ce moment-là que les disques de Psykick Lyrikah s’échangeront comme des trésors sur les descendants de nos blogs préhistoriques. Parce que depuis 2003, les Rennais sont à la pointe de l’avant-garde rapologique. En une poignée d’albums fatalement méconnus et de projets transversaux (mise en scène d’Hamlet), ils ont sorti le rap de son ghetto confortable pour le confronter à l’electronica ou au post-rock les plus exigeants. Impossible alors de s’appuyer sur une formule déjà éprouvée et formatée, il a bien fallu inventer la suite.

A chaque nouvelle sortie, Psykick Lyrikah écrit donc une nouvelle page de son odyssée, à tâtons, dans l’obscurité, mais avec une détermination sans faille. Ce nouvel album, « Jamais Trop tard  », poursuit l’édifice.

L’architecture est toujours hip hop (beats flow), mais il suffit d’écouter « La Ligne Rouge » (titre produit par le complice de toujours, Robert Le Magnifique) et voir ce qu’ils infligent au break de batterie de Led Zeppelin, archi-samplé par les pionniers du rap des 80’s, pour comprendre que Psykick Lyrikah garde les yeux et les oreilles résolument tournés vers le futur. Les bidouilles électroniques et les guitares filtrées floutent alors les frontières des genres, occultés par une urgence punk intemporelle.

Ce disque contient d’ailleurs plusieurs titres frondeurs, quand le groupe rennais est plus souvent reconnu pour son spleen urbain. La plume du rappeur Arm trempe toujours dans l’encre la plus noire, vomissant sa
bile poétique à la face du monde, mais les guitares d’Olivier Mellano (Dominique A.) et Marc Sens (Zone Libre) grondent leur colère au moins aussi fort.

Qu’ils soient rageurs ou désabusés, les quatorze titres de « Jamais Trop tard » viennent grossir les rangs des futurs classiques de demain.

+ plus d’infos sur www.psykicklyrikah.com

L’album Jamais Trop Tard est à découvrir et à gagner toute la semaine sur les radios FERAROCK !

A cette occasion, découvrez l’univers de Psykick Lyrikah dans une émission d’une heure à retrouver le vendredi 13 décembre 2013 sur toutes les radios de la FERAROCK ou dès maintenant ci-dessous. Bonne écoute !

Haut de page