PARCELS - Parcels

Cette semaine, du 15 au 19 octobre 2018, les radios FERAROCK vous font découvrir le nouvel album "Parcels" de Parcels sorti sur Because Music.

On prend parfois les cinq Parcels pour un groupe français, ou des surfeurs, ou des gars tout droit sortis des années ’70. Mais on préfèrera attribuer au groupe Parcels un superlatif aux contours encore très flous, puisque l’on parle ici de leur premier album.

Le monde a entendu deux EP, Clockscared et Hideout, et un single, Overnight – en somme très peu de musique pour un groupe qui joue devant des foules grandissantes de 15 000 personnes. Ils ont quelque chose, une dimension presque nostalgique et romantique de big band. La plupart des gens qui les voient jouer sur scène repartent en se disant qu’ils ont découvert quelque chose qui leur appartient. C’est avec cette pression qu’ils se sont mis au travail il y a un an pour écrire un album, et ils voulaient le faire traditionnellement, comme il faut. « On voulait y mettre tout ce qu’on a jamais appris dans des groupes précédents pour former un son qui nous appartiendrait pleinement ». Ce n’est qu’au bout de deux ou trois écoutes que l’on perçoit, derrière le groove des guitares et la disco entêtante, une complexité très mature, un large éventail d’influences, une atmosphère sombre dans les paroles et une qualité de
production rarement vue depuis trente ans. Bien sûr, on entend qu’ils ont passé du temps en studio avec Daft Punk, mais on entend aussi un peu d’Exotica. Au bout de la sixième écoute, vous entendrez peut-être même du Dubstep.

L’ambiance live de ‘IknowhowIfeel’, ‘Lightenup’, ‘Exotica’ ; la production plus moderne et électronique de ‘Tape’ ou ‘Closetowhy’ ; les clins d’oeil à la Tropicana et au style d’enregistrement des années ’60 sur ‘Yourfault’ et ‘Exotica’ ; le mouvement progressif de ‘Everyroad’ ou ‘Tape’ ; toutes ces influences et cent autres peuvent être relevées. « Ça nous a paru naturel, c’était amusant. À chaque fois qu’on trouvait une influence ou un son à utiliser on était déjà passés à autre chose sur le morceau suivant ».

Fidèles à eux-mêmes, les cinq Parcels ont décidé de produire leur propre album, une entreprise monumentale, avec leur expérience très limitée. « C’était très important pour nous de produire notre album. On avait envie de sentir qu’il nous appartenait, et on voulait évoluer et apprendre de nos erreurs. Et on est fiers de pouvoir dire qu’on est satisfaits du résultat pour la première fois ». Ce ne sont pas les seuls, et on a le sentiment que Parcels est le genre de groupe qu’on ne voit apparaître que tous les trente ans, un peu comme leur garde-robe.

L’album de Parcels est à découvrir et à gagner jusqu’au 19 octobre sur les radios FERAROCK !

+ d’infos

Haut de page