NERDISTAN - N3rdistan

Cette semaine du 11 au 17 février, les radios FERAROCK vous font découvrir l’album N3rdistan de N3RDISTAN.

EMISSION FERAROCK

Il ne fallait pas moins de 3 ans de tournées à travers le monde pour que cet album voit le jour. N3rdistan s’est exclusivement consacré aux lives pendant ce temps, avant d’entrer en studio. Mélange inédit de poésies engagées et de musique urbaine. Un premier album à la lisière du trip hop et de la musique traditionnelle, avec la poésie arabe comme invité d’honneur, lui ouvrant ainsi les portes du siècle du numérique.

Le groupe a su trouver l’harmonie entre textes et mélodies en dynamitant les codes du genre : jamais la poésie n’a été aussi bien servie. Sobre et puissant à la fois, avec une sonorité propre au N3rdistan, ce premier album est le parfait combo entre des arrangements recherchés, des mélodies exquises et des textes d’exception. Tout au long de ces 16 titres, une ardente mélancolie se fait ressentir entonnant cet hymne à la gloire du verbe et des sons électroniques.

On ne pouvait mieux espérer d’un album qui reprend des textes forts, tels ceux de Nizar Qabbani, le poète de la femme, ou de Nazek El Malaeka, fondatrice de la poésie libre et grande défenseuse des conditions de la femme au Moyen Orient ou encore Gibran Khalil, l’auteur de« le prophète » sur des thèmes de cette puissance. Comme l’écrivait le quotidien marocain Liberation, N3rdistan construit aujourd’hui « l’avenir de la musique alternative arabe ».

Inouï du Printemps de Bourges en 2015,N3rdistan a su transcrire la puissance scénique dans cet album, les beats variés, les basses grondantes, les mélodies entêtantes, une trompette bien cuivrée, les claviers étendent les thèmes, les suites harmoniques et une atmosphère poétique qui offre aux chants de quoi faire rêver à haute voix. Révélés à Visa For Music où ils ont eu une standing ovation, le groupe a suivi le chemin de la scène du Maroc au Cap Vert, jusqu’à l’Estonie, en passant par le Liban, Dubai ou le Canada pour un public toujours plus acquis.

D’une efficacité redoutable, l’album s’ouvre sur une introduction façon 90 « Al Akharoune / L’enfer c’est les autres », qui nous rappelle l’époque des 36 chambres du Wu-Tang Clan ou encore Frontline d’Asian Dub Foundation. Suit des motifs musicaux très éclectiques et entêtants, passant du chant lyrique au rap incisif ; des textes à l’avenant, élagués jusqu’à l’os, où la sonorité des mots compte autant que leur signification. La voix abrasive de la chanteuse et rappeuse Widad se fond dans la douceur du chant de Walid Ben Selim. Le duo nous livre un combat vocal sur « Sarab / Mirage » un morceau qui sonne comme un coup de gueule envers la politique et ses hommes.

« Hor/ Libre » véritable ode à la nature et à la liberté de Khalil Gibran résonne comme un appel à l’espoir sur une piste mélodique épurée, sur « Maliha/ Salée » une poésie de Nizar Qabbani, le groupe se livre à une déconstruction de la pensée arabe dans les règles de l’art, une autocritique poétique de la société dans sa globalité, mise en musique dans une fusion bien orchestrée d’électro et de classique arabe.

N3rdistan chante le malaise universel d’un peuple en marge, qui se heurte à la solitude des écrans et à la froideur des vies soumises au regard de tous.

L’album est à gagner du 11 au 17 février sur vos radios Ferarock !

+ d’infos

Haut de page