Le singe blanc - Babylon

Le singe blancOn a longtemps cru que le singe blanc était une sorte de yéti lubrique crapahutant dans les montagnes vosgiennes. D’aucuns soutenant que c’était un mutant aux yeux exorbitants et à l’arrière train rougeâtre, arpentant dans les brumes du petit matin les abords de la centrale nucléaire de Cattenom (57). Fadaises que tout ceci.

Nous savons que le singe blanc est né à Metz en Automne 2000. Et que c’est le meilleur trio allumé de la ville. Imposant à gros coups de basse basse batterie leur yéyé débile aux paroles alléchantes, ils se mettent à écumer les salles et squats de France et de Navarre avant de prendre l’Europe d’assaut (de la Belgique à l’Espagne en passant par l’Italie, l’Allemagne ou l’Autriche).

Le Singe Blanc a une nouvelle fois la banane du siècle en proposant son nouvel album "Babylon". Entre onomatopées de primates en rut, groove indécent et funk mongoloïde, le programme des réjouissances n’en finit pas de se dérouler.

Babylon ne déçoit donc pas. Le trio joue une musique incroyable, fantastique et semble pour cela faire appel à de multiples influences. De cavalcades en galipettes, de hurlements en frénésies, Le Singe Blanc atomise à peu près tous les repères rassurants de l’auditeur averti.

Babylon est une coproduction entre les labels suivants : Whosbrain, La Face Cachée et Bar La Muerte. Le Singe Blanc publie en même temps un deuxième disque intitulé By, disponible uniquement en vinyle mais téléchargeable gratuitement et en intégralité sur le site du groupe et comprenant uniquement des reprises du Singe Blanc par quelques collègues : Pneu, Dure Mere, Death To Pigs, Headwar, Don Vito…

+ d’infos : http://www.myspace.com/lesingeblanc

Haut de page