La FERAROCK aux Francos de Montréal

Le rendez-vous estival des FrancoFolies de Montréal a eu lieu du 8 au 18 juin dernier, pendant les célébrations du 375e anniversaire de Montréal et du 150e anniversaire du Canada.
Retour nos coups de cœur de cette 29ème édition.


LUNDI 12 JUIN
Aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.
L’ambiance des FrancoFolies se fait sentir dès l’embarquement. Nous reconnaissons des labels managers, tourneurs, journalistes et artistes programmés que nous croiserons le soir même rue Sainte-Catherine, l’artère centrale de la ville qui traverse La Place Des Arts, là où le festival bat son plein depuis 4 jours.
Après 8 heures de vol, une bonne douche et un gros café, direction Les Francos.
On y trouve 4 scènes gratuites, des clubs aux enseignes clignotantes une fois la nuit tombée (Le Club Soda, Le Métropolis, L’Astral, La 5ème Salle et l’impressionnante Maison Symphonique de Montréal, des food trucks où l’on peut acheter pour quelques dollars canadiens la fameuse poutine et son fromage qui fait "couic-couic" et une foule dense pour un tout début de semaine. C’est sous une chaleur lourde et humide que démarre cette unique journée de 36 heures.

Direction la scène urbaine pour le live de la MC lausannoise La Gale
que nous vous faisions découvrir sur les radios FERAROCK il y a deux ans, à l’occasion de la sortie de son deuxième album "Salem City Rockers". Issue du milieu punk, La Gale délivre un rap de qualité, hargneux et vindicatif. On la découvrait à l’image il y a 6 ans dans "De l’encre"->http://larumeurmag.com/blog/2013/11/10/decouvrez-en-streaming-de-lencre-sur-la-chaine-dailymotion-de-la-rumeur/#.WVuOv5DyjIU, la fiction produite et réalisée par Hamé et Ekoué de La Rumeur. Elle y joue le rôle de Nejma, une ghostwritter qui écrit pour un slameur signé sur un gros label.
A l’image ou sur scène, c’est toujours la même énergie brute qui se dégage de La Gale et le public montréalais semble conquis.

Mardi 13 juin

La vague du rap made in le plat pays est bel et bien passée outre-atlantique. Toujours sur la scène urbaine (gratuite et en extérieur), le duo Caballero & JeanJass (le premier de Bruxelles, le second de Charleroi) retourne le public en moins de deux secondes.
Les deux belges, signés sur l’écurie Back In The Dayz, se sont rencontrés "dans une radio obscure" comme ils le disent en interview, chez Radio Panik, notre radio cousine Bruxelloise. A la bonne heure ! "Double Hélice 2", leur deuxième projet commun joue à fond la carte de l’égotrip, le tout sur des rythmiques trap et jazzy . "On va s’fight, on va s’debizz / Tout ces rappeurs sont mes babys / Tu n’as rien, tu n’as walou / J’ai la sauce, j’ai les épices / Je serai le Roi comme Elvis / Je jouerai mon propre rôle dans ma série sur Netflix / Je suis bon, je suis belge comme Cha-Cha". Leur public est là, tout le monde reprend les paroles par cœur, danse et demande un rappel.

Mercredi 14 juin

Le lendemain, changement de lieu, changement d’ambiance. Cette fois, on se retrouve au Club Soda, très bonne salle à l’acoustique irréprochable située au croisement entre Sainte Catherine et le Boulevard Saint Laurent. François & The Atlas Mountains y joue "Solide Mirage", son 8ème album. La salle est malheureusement loin d’être comble, mais le public présent est rapidement hypnotisé par l’ambiance créée par le groupe. François & The Atlas Montains sur scène, c’est beaucoup de grâce et de poésie. Le quator fait progressivement monter la température. Quand François danse, il a des airs à la James Thierré. Le regarder nous donne envie de danser, et encore une fois, le public en redemande pour finir avec un rappel sur "Soyons les plus beaux".

22h, direction la scène urbaine, Roméo Elvis qui a fait son apparition la veille aux côtés de JeanJass & Caballero sur le tube "Bruxelles Arrive" (vidéo ci-dessus) & Le Motel, jouent pour la première fois sur le sol canadien. La pluie ne fait pas fuir le public qui au contraire devient fou sur "Tu va glisser". Le jeune rappeur de 24 ans à la voix rauque, devenu en peu de temps l’une des têtes de file de la scène hip-hop belge est sur scène comme à la maison. Avec sa voix rauque et son mètre 90, il balance un rap blindé d’auto-dérision. Il hypnotise par sa présence scénique et on a déjà hâte de découvrir son nouveau clip tourné à Montréal pendant la semaine du festival (teasing vu sur sa story Instagram) !

PHOTO
Vendredi 16 juin
>> Chocolat scène extérieure

>> Bigflo & Oli Le Club Soda

>> Samedi 17 juin, direction La Maison de la Symphonie pour la quatrième et dernière représentation de la création de l’artiste multidisciplinaires Pierre Lapointe "Amours, délices et orgues".
Le Grand Orgue Pierre Béique y est mis en valeur durant cette heure et demie, la danse, la chanson, la musique, le design se rencontrent, se croisent, s’expérimentent pour mettre en lumières des actualités brûlantes de notre époque. La scénographie se construit, se déconstruit, les rôles de chacun sont complètement revisités.
Jean-Willy Kunz (organiste), Sophie Cadieux (metteure en scène), Étienne Lepage (auteur), Matali Crasset (designer industrielle), Frederick Gravel (chorégraphe et danseur) et Florence Blain-Mbaye (actrice).
C’est une réelle performance à laquelle on a assisté, une vraie prise de risque. "La science du cœur", à paraître en octobre prochain...

>> Dimanche 18 juin, c’est sous une chaleur de plomb et un peu cerné par cette folle semaine canadienne qu’on retrouve la foule compacte sur la Place des Arts avant le concert d’ I AM. Les fans du micro d’argent sont venus en masse et reprennent en cœur les tubes des années 90 du collectif marseillais. Un beau moment pour clôturer cette semaine aux Francos.
PHOTO / VIDEO

Comme l’a dit Laurent Saulnier, programmateur du festival lors de la conférence de presse bilan, "s’il y a quelqu’un qui n’a pas "tripé" au moins une soirée pendant les Francos, je vais le "kicker" dehors à grands coups de pieds dans le cul dès maintenant !"

Partager

Recherche

Haut de page