Gonzaï magazine n°3 en précommande

Pour un monde avec des faits, des freaks et du fun...
Gonzaï !

Gonzaï fait le pari d’un bimestriel mettant en avant de vrais héros de la pop culture de 1945 à demain, livrés tous les deux mois directement dans votre boite aux lettres !

L’aventure du bimestriel Gonzaï est résolument indépendante et à ce jour quasi exclusivement financée par les précommandes de ses lecteurs via la plateforme de crowd-funding Ulule.

Il ne vous reste plus que 9 jours pour commander le troisième numéro de Gonzaï magazine via la plateforme Ulule.

Après cinq années à imposer le fait d’en savoir
beaucoup sur peu de choses (le rock, la mauvaise foi et
la cuisson des biftecks) sur son site internet, Gonzaï vous propose une offre média complémentaire avec un magazine bimestriel à cheval entre le généraliste pop culture, la presse d’investigation américaine et la subjectivité journalistique qui caractérise le collectif : alternatives
culturelles, liberté de ton et parti-pris esthétiques.

Au sommaire de ce numéro 3 plus chaud qu’une baraque à frites, vous retrouverez :

Gérard Majax, Jean-Pierre Mocky, Kadhafi, John Goodman, l’aventure Speed 17, John B. Root, un reportage dans les Carpathes de Dracula, le blackout NY77, Sear le créateur de Get Busy (« l’ultime magazine interdit aux bâtards »), Jean Karakos (Celluloïd, Grandmaster Flash, Jacno), le collectif Iceberg, le gang des mini-sosies (vous comprendrez), les infaux du Bilboquet Magazine…

Un coup de commande en ligne et hop, le magazine est directement livré chez vous entre le 15 et le 20 juin grâce à un service après-vente défiant toute concurrence, et tout ça pour 7 € frais de port compris. L’équipe de Gonzaï vous donne rendez-vous tout de suite pour la précommande et dans un mois pour le résultat à dévorer dans votre rocking-chair.

+ d’infos : http://gonzai.com/ et http://fr.ulule.com/gonzai-magazine-n3/

Gonzaï est un magazine 100% indépendant en papier d’arbre, édité grâce aux précommandes de ses lecteurs via le site de crowdfunding Ulule. La presse libre existe grâce aux lecteurs libres. Rendez-vous dans deux semaines pour les envois.

Haut de page