FUZETA - Dive

Cette semaine, du 01 au 05 juin 2015, sur les radios FERAROCK, découvrez "Dive" le premier EP de FUZETA paru le 20 mai 2015 chez Ricard SA Live Music.

Image

Ça pourrait débuter comme le poème de Rimbaud : « C’est un trou de verdure où chante une rivière / Accrochant follement aux herbes des haillons / D’argent... » Un coin du Morbihan, en fait, où la fratrie Sims (Charles, Dorian et Pierre, respectivement bassiste et guitaristes chanteurs) et Jérémy Hervé (batterie), leur futur frère de son, coulent une enfance tout ce qu’il y a de plus insouciante, entre parties de pêche matinales, et virées presqu’insulaires dans la lueur d’un soleil rasant. Un coin du Portugal aussi, qui finira par inspirer à ce petit monde un nom et une direction : Fuzeta, petit village de pêcheurs de l’Algarve et promesse de mélodies à écouter les cheveux humides à l’arrière d’un pickup.

Ces souvenirs quasi amniotiques, le groupe les a d’abord refoulés, enfouis sous des couches de fuzz et de distorsion dans des aventures musicales de jeunesse. Mais une première rencontre sera décisive dans leur quête d’épure et de mélancolie : l’équipe du Manège, à Lorient, qui soutiendra FUZETA dès son surgissement.

À partir de là, Charles, Dorian, Pierre et Jérémy mettront peu de temps à retrouver la mémoire de leurs vertes années pour composer leur premier EP. Intitulé Dive, on y trouve des éléments qui peuvent évoquer les plus indie pop des chantres de l’americana : des arpèges dessinant des panoramas où le regard ne peut porter, des mélodies chantonnées comme on souffle sur les braises d’un feu de camp, une espèce de féerie terrienne.

Mais il y a autre chose. Des crescendos électriques, des harmonies comme arrachées aux gorges, une sorte de furie intérieure qui n’existe que dans cet âge viscéral qu’est l’adolescence. Alors que deux petites syllabes séparent FUZETA de Fugazi, et que le groupe avoue volontiers n’avoir guère prêté l’oreille à des disques d’emo ou de post-hardcore, ce sont bien ces courants qui grondent inconsciemment sous les eaux dormantes de leur songwriting.

Alors est-ce un hasard si le groupe a fait appel à Amaury Sauvé, l’un des producteurs les plus en vue de la scène hardcore française, pour enregistrer cet EP ? Un coup du destin plutôt, qui aura permis au groupe et à Amaury de se rencontrer sur des terres musicales respectivement inconnues, pour trouver le parfait équilibre aux confidences musicales de FUZETA. Privilégiant les prises directes, ils ont ainsi pu capturer la seule énergie capable de rendre tout à la fois l’urgence et les nuances de ces morceaux, celle du live.

Cette même énergie qui a valu au quatuor de se faire remarquer aux 36e Transmusicales de Rennes, un mois à peine après ses débuts scéniques. Et, surtout, de décrocher en début d’année le très disputé prix Ricard S.A. Live Music et, par là même, l’un des dispositifs d’accompagnement les plus complets en France. Le groupe se retrouve ainsi invité à ouvrir pour Hyphen Hyphen et Jabberwocky sur les 10 dates de la tournée Ricard S.A Live Sessions au printemps, puis à se produire sur des festivals prestigieux comme les Francofolies de la Rochelle. Mais surtout, il bénéficie d’un soutien financier pour la production, la distribution et la promotion de son EP Dive.

De quoi déployer auprès du plus grand nombre toute la singularité de cette histoire de famille. FUZETA, c’est Bon Iver qui aurait pris des cours d’exaltation chez Thursday – ou Band Of Horses qui aurait traîné un peu plus avec Wu Lyf à la récré : de l’impulsivité et des rêveries, du vacarme et de purs instants de grâce. Bref, la vie comme on l’a laissée voilà dix, vingt, trente ans, adossée aux reliefs de quelque terrain de jeu édénique, et qu’il est plus que jamais temps de reprendre.

L’album Dive est à découvrir et à gagner jusqu’au 05 juin sur les radios FERAROCK !

Haut de page