Accueil > Privé : Partenariats FAIR > FAIR 2016 : les interviews

FAIR 2016 : les interviews (2/3)

Agua Roja, Flavien Berger, Jeanne Added, Last Train et Samba De La Muerte répondent aux questions de la FERAROCK ! Découvrez ci-dessous les interviews des artistes du FAIR 2016.

Agua Roja

Fair 2016 : Agua Roja

La musique d’Agua Roja semble sonner comme une évidence car l’immédiateté de ces mélodies rappelle pêle-mêle quelques-unes des plus belles saillies musicales du siècle passé. Évidence aussi car c’est ici, entre les arpèges de guitares et les coups de batterie, que brille comme rarement l’ADN de la musique pop.
Mêlant sans complexe la légèreté et la gravité, la naïveté et la finesse, les morceaux de leur EP témoignent d’un groupe qui malgré son jeune âge atteste déjà d’un savoir-faire pop d’orfèvre. Agua Roja a choisi de prendre son temps, de définir une identité musicale nette et de s’affirmer avec précision comme un groupe capable de signer un premier EP qui n’a rien d’un disque débutant.
Une application qui porte ses fruits sur ces 4 morceaux, et qui installe dès lors le trio comme une des grandes promesses de la pop française. Il ne fait aucun doute que d’ici quelques années les membres d’Agua Roja auront construit une histoire musicale d’envergure. Un roman pop aux multiples chapitres.

Flavien Berger

Fair 2016 : Flavien Berger

En 2014, Flavien Berger sortait deux EPs remarqués : « Glitter Glaze », premier disque aux dégradés bleus et roses et « Mars Balnéaire », un carnet de vacances issu d’une histoire de science-fiction. De dates en dates, des Bars en Trans à Rennes au Petit Bain et au Trabendo à Paris, Flavien a trouvé son public sur la scène indie française.
Ses morceaux se nourrissent d’images mentales et d’une curiosité quasi alchimique pour tout ce qu’il entreprend et observe : du cinéma aux techniques de peinture marbrée, en passant par l’angle à trouver pour que la paume de la main percute la surface de l’océan en imitant parfaitement une grosse caisse, ou encore les œufs brouillés au four et l’amour familial et universel.
Son premier album « Léviathan » est une attraction aquatique de fête foraine, avec des oscillations extrêmes entre la surface de l’eau et les abysses mystérieuses. Un voyage à plusieurs temps, un jeu d’énigmes, un labyrinthe sonique, avec un monstre final. C’est dire la place qu’ont les histoires dans la musique de Flavien.

Jeanne Added

Fair 2016 : Jeanne Added

Elle fut la révélation des Transmusicales de Rennes 2014. En cinq soirs de live percutants, décochés en pleine tête, boostée par ses deux complices Anne Paceo et Narumi Herisson, Jeanne Added aura levé le voile sur une personnalité longtemps corsetée dans des univers trop polis.
Mais avant d’en arriver là, elle a suivi le parcours classique. Conservatoire, violoncelle, bande son des parents (Higelin, Klaus Nomi), la sienne (Prince, Led Zeppelin, Nirvana, Jeff Buckley) et puis bientôt le jazz « comme une récré ».
En 2005, bardée de prix (CNSM, Royal Academy de Londres), elle passe « pro », se fait la main, ou plutôt la voix, avant de trouver la sienne.
Peu à peu, elle entame sa mue de vocaliste à chanteuse. Elle prend alors le soin de prendre son temps et finit par soumettre ses mélodies à Dan Levy, la moitié de The Dø.
Ce sera un long processus d’allers retours, la transformation aboutie de sa prise de parole avec ce premier album. « Be Sensational », comme une injonction dit-elle, sa façon de refuser les renoncements, d’avoir le courage d’être soi-même.

Last Train

Fair 2016 : Last Train

Les blousons du rock and roll, sans ses clichés. Les slims de la pop, sans sa naïveté. Les boots du blues, sans son prosaïsme. Les jeunes Last Train libèrent un rock and roll hypnotique, dans un univers écorché et maîtrisé. Multipliant les tournées, leur réputation ne s’achète pas et les suit à chaque date, offrant ainsi une échappatoire pour des oreilles qui ont trop longtemps vulgarisé le rock.
Prônant le « jamais mieux servi que par soi-même », ils ont avancé seuls en programmant leurs concerts, réalisant leurs clips et enregistrant leurs premières maquettes.
Depuis 10 mois en tournée, ils sont passés cette année par le Printemps de Bourges (dont ils ont reçu le Prix des Inouïs) et Rock en Seine, et seront cet automne au Casino de Paris pour le Festival des Inrocks.
« Cela faisait longtemps qu’on avait plus entendu un son aussi énervé, puissant et en même temps élégant ». Didier Varrod, France inter

Samba De La Muerte

http://www.lefair.org/project/samba...

Fair 2016 : Samba De La Muerte

Samba de la Muerte est le projet qu’Adrien Leprêtre porte depuis 2012. Il n’en est pas à son premier coup d’essai puisque il évolue aussi depuis quelques années sur la scène Européenne dans les groupes Concrete Knives (Bella Union) et Kuage (Combien Mille Records).
Après 3 EP’s, son premier album ‘Colors’ auto-produit et enregistré par ses soins nous présente 10 titres aux multiples facettes.
À l’image des influences de l’artiste, il nous transporte dans un voyage entre pop indie, afrobeat et musique électronique, autant de couleurs qui justifient son titre.
Ne mettant aucune limite dans sa musique, ses morceaux peuvent toucher comme faire danser. C’est d’ailleurs avec un live construit pour emmener le public jusqu’à la transe que le groupe, en quatuor, a fait ses armes à travers l’Europe. La richesse des arrangements, l’aisance et surtout l’énergie font de Samba de la Muerte un groupe à découvrir sur scène.






+ d’info sur le FAIR 2016
- site internet
- page Facebook


Pour écouter les interviews de Broken Back, Cliché, Cotton Claw, Grand Blanc et In The Canopy c’est ici : FAIR 2016 les interviews (1/3)



















FAIR 2016 : les interviews (2/3)

Partager


Sur le web

Recherche

Haut de page