FAIR 2015 : les interviews (1/3)

Baden Baden, Blackmail, Blind Digital Citizen, Encore ! et Fakear répondent aux questions de la FERAROCK ! Découvrez ci-dessous les interviews des artistes du FAIR 2015.

Baden Baden

Après un premier album, « Coline », et une tournée qui est passée entre autres par les Francofolies de La Rochelle, le Printemps de Bourges ou la Gaîté Lyrique (Paris), Baden Baden est de retour en 2015 avec « Mille éclairs ». Avec ce nouveau disque, composé entre Paris et la Normandie, le leitmotiv du groupe se précise : capturer les émotions, suivre son instinct et sublimer sa singularité.
Le choix de la langue maternelle s’impose comme un évidence pour donner davantage de sens et de résonance à ce climat rêveur et contemplatif.
Dans « Mille éclairs », il sera question d’errance nocturne, d’ivresse, du besoin de l’autre, de l’absence, mais aussi de la fuite et de la recherche de grands espaces.
Plus que jamais, Baden Baden nous livre des chansons qui cristallisent les émotions et l’intime.

Fair 2015 : Baden Baden

Blackmail


A la croisée des chemins du krautrock et de l’acid-house, Blackmail s’impose comme le représentant du blues électronique en France.
Né de l’alliance occulte de membres des groupes Bosco et This Is Pop, le trio parisien a marqué les esprits avec son premier album « Bones ». Une musique sale, sombre mais résolument dansante, portée par un chant hypnotique, presque chamanique.
Un brassage stylistique qui traduit la volonté du groupe à rester fidèle à ses principes initiaux : proposer une approche punk et rock’n’roll de l’électronique, sans concession.
Après un passage remarqué au festival Pantiero (Cannes) cet été, Blackmail travaille actuellement sur son deuxième album.

Fair 2015 : Blackmail

Blind Digital Citizen

Dès les premiers accords de leur titre « Enfant Flamme », leur son s’impose, majestueux et puissant. La musique de Blind Digital Citizen semble vouloir se déployer sans limite, se projetant aussi bien dans un avenir qui reste à inventer que dans un âge d’or antique.
La voix de François, le chanteur, se place crânement au centre de ce maelström de sons, et ses textes à la fois poétiques et frontaux parachèvent l’originalité du projet et son esthétique radicale. À l’écoute de « Shida », le 2ème morceau de leur dernier EP, l’envie du groupe d’adopter un format plus élastique, à la fois aventureux et dansant se fait apparente. Volonté qui se transforme en pure énergie rock sur scène, plus palpable et électrique à chaque nouveau concert.

Fair 2015 : Blind Digital Citizen

Encore !

Ils crient Encore ! Comme après un orgasme trop court ou à la manière des enfants frustrés par l’arrêt du manège à chevaux de bois. Ils crient Encore ! Comme quand on rentre chez soi déprimé au milieu de l’après-midi d’un dimanche pluvieux après une soirée de dingue. Leur nom résume à lui seul la musique qu’ils pratiquent : jouissive, dansante, un peu sauvage mais toujours tournée vers la fête ; et si un peu de mélancolie se glisse parfois dans les mélodies c’est pour mieux nous ramener vers le soleil électronique et la danse.
“Oui, encore un comité versaillais prêt à défoncer la mâchoire et à décoller les oreilles avec des beats disco-punks. La French Touch ne manque pas de ressources et cette nouvelle recrue n’a pas fini de faire parler d’elle.” Les inRocKs

Fair 2015 : Encore !

Fakear

Depuis 2010, Théo aka Fakear (fausse oreille – « fake ear ») nous envoûte avec ses sons électronisant-planant derrière ses MPC. Curieux du monde qui l’inspire, Fakear sample des musiques de l’Orient et de l’Occident sur des beats électroniques.
Après les remix remarqués de Flume et Breton, et ses deux précédents EP qui nous faisaient voyager au cœur des jardins japonais et au sommet des montagnes islandaises, il nous revient avec un EP de 7 titres intitulé « Sauvage ».
Ce chaman nomade continue à nous faire voyager à cheval entre les 5 continents avec ses comptines électroniques atmosphériques entre le jour et la nuit. Ses collages musicaux nous emportent loin, toujours en parfait peintre sonore jouant avec le triptyque de l’émotion, de l’innocence et du voyage.
Sur scène, Fakear se dépense sans compter offrant un véritable show voyageur en constante mutation.

Fair 2015 : Fakear







+ d’info sur le FAIR 2015
- site internet
- page Facebook












Haut de page