Chris Bailey & H-Burns

Chris Bailey et H Burns Chris Bailey et H burns : quand folk triste et blues se rencontrent...

Il aura fallu pour ça que Renaud Brustlein – H-Burns, c’est lui ! –
parte pour quelques dates d’une tournée française faite en compagnie de Bailey et des siens pour que des liens particuliers se nouent entre les deux hommes.

De fait, c’est à l’aîné -Bailey- que revient le mérite du projet Stranger, esquissé à l’origine comme duo, fait pour voyager léger avant que la tentation rock ne le conduise à convoquer son batteur habituel, Peter Wilkinson, Renaud se faisant accompagner d’Antoine Pinet, son camarade guitariste.

Gite au pied du Vercors, studio à Grenoble et quelques bouteilles de Côtes du Rhône plus tard, le résultat est là ! Et si le plus expérimenté retrouve la verve de ses grands crus sur “Visions of Madonna” ou l’émoustillant “Muse”, s’il s’essaye même à de l’inhabituel C&W le temps de “Winter”, H-Burns, dans la portion quasi paritaire qui lui est dévolue, fait franchement jeu égal.

Modèle d’équilibre, transpirant d’une remarquable spontanéité, ce disque témoigne avant tout de la chaleur d’une rencontre, d’une connivence d’esprit qui fait la musique belle et l’expérience joyeuse. Un de ces moments uniques qu’ils nous donnent désormais à partager.

Nous vous prions simplement de ne pas vous en priver !

Haut de page